«

»

Fév 08

La Sophrologie, ça vient d’où ?

l'enracinement

Homme enraciné

 

La Sophrologie répond à l’invitation de Socrate (470-399 av JC) :

Connais toi toi même et tu connaîtras l’Univers et les Dieux pour le miracle d’une seule chose, l’Unité

Ceci marque ainsi sans ambiguïté qu’elle se veut instrument de développement personnel.

Préhistoire

tablette écrityre

Tablette cunéiforme

Personne ne sait exactement d’où les Sumériens tenaient leurs connaissances. Toujours est-il que l’écriture la plus vieille du monde (8000 ans av. J.C.), conservée sur de petites plaques d’argile (écriture cunéiforme), nous donne des comptes-rendus de discours thérapeutiques tenus par des prêtres / médecins de l’époque et que ne renieraient pas les sophrologues modernes.


Plus près de nous, Homère (9° siècle av. J.C.) parle déjà de « terpnos logos » et le temple du Dieu Asclépios (l’Esculape grec) à Epidaure (4° siècle av. J.C.), est organisé en centre de thérapie par la parole; distillée au travers des murs à des patients en transes. Les Egyptiens et les Druides Celtes faisaient de même.

Platon (3° siècle av. J.C.), disciple de Socrate décrit l’état sophronique (sophrosyne), et parle des beaux discours qui inclinent à la sagesse (Charmide).

Histoire

Un pas de géant et nous entrons dans la modernité avec Messmer, qui en 1878 « invente » l’hypnose. Le Marquis de Puységur, l’abbé Farias, puis Liébault et Bernheim, médecins Lorrains et leur « Ecole de Nancy », enfin Charcot en 1880 et son fameux disciple, Sigmund Freud. Celui-ci gardera de son passage à la Salpétrière, la conviction que le malade détient tous les éléments de sa propre guérison et les lui faire exprimer librement est de nature à l’aider à libérer son inconscient. Tous ont contribué d’une façon ou d’une autre à faire naître… la Sophrologie.

Modernité

Le « concept Sophrologie » a été créé par le Pr. Alphonso Caycédo, né en Colombie d’une famille d’origine basque espagnole. Formé en Espagne : médecin, chirurgien, neurologue et psychiatre, cet homme est un grand humaniste.

cerveau électrochoqué

overdose

overdose médicamenteuse

Il est révolté par les pratiques « dures » des années 50/60 en psychiatrie (coma insulinique, ainsi qu’électrochocs, et expérimentations médicamenteuses…).

Il rencontre le Dr André Cuvelier de « l’Ecole hypnologique de Nancy » et disciple d’Emile Coué, le célèbre pharmacien Lorrain créateur avant la lettre de la « Pensée Positive ».  Scientifique en perpétuelle recherche, Alphonso Caycédo introduit l’hypnose dans sa pratique quotidienne.

Très vite il découvre les limites de l’hypnose sur le plan thérapeutique, et surtout son image sociale : hypnose = magie, pratiques occultes, sorcellerie. Il se heurte à la méfiance de ses pairs, générée par cette image.

 La Sophrologie

En 1960, pour avoir de nouvelles bases, sans références à un passé mythique trop chargé, il créé le mot : Sophrologie, à partir de l’association des mots grecs :

Sos, phren, logos

Sos = soi même      Phren = conscience      logos = étude

Et il donne comme définition :

La Sophrologie c’est l’étude de la conscience en harmonie

Il se marie. Sa femme pratique le yoga, lui fait lire des livres sur le yoga où il découvre que là aussi on parle de la conscience, de l’étude et de travail sur la conscience.

pratique du yoga en nature

Yoga nature

Il se rend en Suisse où il devient l’assistant du célèbre phénoménologue Ludwig Binswanger qui lui fait découvrir les principes de l’Ecole Phénoménologique Existentielle dont il tire les bases fondamentales de la sophrologie. (Caycédo cite volontiers comme son maître le philosophe allemand E.Husserl, théoricien de la phénoménologie).

Sachant que toute conscience est conscience de quelque chose, la phénoménologie étudie le phénomène présent (ce qui se produit ici, maintenant), sans jugement, avec un regard neuf.

Les racines modernes

Binswanger l’encourage à partir en Orient étudier sur place les techniques yoguiques.

posture zazen

Il voyage deux ans en Inde ou il rencontre des maîtres yogis et tibétains qui lui enseignent l’art des différents yogas. Puis il va au Japon, il y étudie la pratique du Zen.

De retour en 1967, il fait la synthèse des résultats et des acquis de ses voyages ainsi que des travaux occidentaux (Schultz, Jacobson), sans oublier sa culture et formation psychiatrique.

Créateur génial, Caycédo organise ainsi peu à peu le concept « Sophrologie » pour en faire un véritable instrument, totalement nouveau, au carrefour des recherches Orientales et Occidentales sur la conscience.

Il créé une terminologie originale qui démarque complètement la Sophrologie du passé, et notamment de l’hypnose.

Il nomme les différentes structures, méthodes, techniques ou stratégies qu’il conçoit pour « approfondir le processus vivantiel » qu’il expérimente.

En 1972, a lieu à Barcelone le premier congrès mondial de Sophrologie où il présente sa méthode des techniques de relaxation dynamique qu’il a mises au point.

Voyez le training autogène de schultz, il a directement inspiré Caycédo dans la construction de sa méthode, ainsi que d’autres influences dont je vous parlerai bientôt.

Si vous souhaitez connaître la suite, inscrivez vous ci contre et recevez les cadeaux que je vous ai préparés


(13 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. ERIC

    Coucou Alain – Je connaissais un peu la sophro mais ton article m’ a appris des nouveautés notamment des débuts insoupçonnés. Donc, je m’inscris pour d’autres infos ! Merci à toi

    1. Alain

      Bonsoir Éric,
      compte sur moi pour de nouvelles infos très bientôt.
      Je suis un peu atypique sur la sophro. Mon point de vue est résolument psy.
      A bientôt, Alain

  2. Pierre-Antoine

    C’est en fait une sorte de Yoga, une technique du mouvement comme le Taichi?
    Qu’est-ce qui différencie la Sophrologie des techniques existantes?
    Pierre-Antoine Articles récents..Randonnée sur ChamblyMy Profile

    1. Alain

      Bonsoir Pierre-Antoine,
      en 1972 lors du premier congrès international de sophrologie, les maîtres yogis qui avaient enseigné Caycédo ont dit publiquement que la sophro est le yoga occidental.
      Mais la différence, c’est qu’en sophro il n’y a pas de rigueur posturale. Les « relaxations dynamiques » sont des séquences de mouvements exécutés debout pour la plupart, en état de détente profonde, en rétention poumons pleins. Ces mouvements sont ciblés sur des zones du corps susceptibles de contenir des mémoires. les gestes sont suivis d’un temps d’auto observation de ce que le corps délivre comme information à propos de ces mémoires stockées. Ce qui développe la conscience de soi et permet un autre regard sur son histoire, plus pacifiant.
      J’en dirait plus dans des articles à venir. A bientôt, Alain

      1. farid

        Article très intéressant, je ne savais même pas que la sophro comprenait aussi une partie  » Yoga « .

        J’ai aussi souvent lu ou entendu très brièvement parlé du training autogène de schultz, c’est l’occasion de me documenter la dessus, par ton lien.

        Merci donc
        farid Articles récents..Le choléstérol LDL: Votre santé est en jeu!My Profile

        1. Alain

          Merci de ce commentaire Farid.
          On ne peut pas dire qu’il y a une partie yoga dans la sophro.
          Mais oui, le yoga y est présent au travers de l’influence qu’il a eu sur la création de la sophro.
          En sophro il y a une pratique gestuelle comme au yoga (pas la même) sans rigueur posturale.
          L’objectif est de mobiliser des mémoires corporelles pour libérer d’éventuelles tensions stockées dans des zones que WIllheim Reich a nommées « ceintures ».
          Schultz est aussi une source d’influence pour Caycédo.
          Tu peux essayer le podcast, tu verras c’est agréable et efficace.

  3. Jean Paul vivre bien

    Bonjour Alain,

    La sophrologie, je ne connaissais qu’en surface.

    Ce que j’avais lu ne m’avait pas donné envie d’en savoir plus.

    « Imaginez deux papillons bleus…etc. »

    Ton exposé est remarquable et me donne, cette fois, l’envie d’en savoir plus.

    Je découvre des similitudes entre la sophrologie et le taoïsme dont j’ignorais tout.

    La corrélation du corps et de l’esprit me semble une base essentielle de la conscience de soi.

    Bravo, merci pour ces infos et à bientôt.

    Bonne journée,

    Jean Paul

    1. Alain

      Bonsoir Jean Paul,
      merci pour ce commentaire.
      Effectivement il y a pas mal de similitudes entre la Sophro et le Tao.
      J’ai d’ailleurs appelé mon premier site http://www.taodyssee.com , pour Tao et Odyssée.
      Mais attention, le créateur, Alphonso Caycédo dit lui même : « autant de sophrologues, autant de sophrologies » …
      Je vais développer le sujet prochainement et montrer comment la Sophro fait le lien Corps-Esprit.
      A bientôt, Alain

  4. Sco!

    Allô Alain,

    L’étude de la conscience de soi-même: c’est intéressant mais c’est théorique.

    Comment cela fonctionne-t-il en pratique? et qu’est-ce que la sophrologie permet de découvrir sur soi qu’on ne trouve pas par d’autres moyens?

    Comment découvrir les zones dans le corps qui contiennent les mémoires et comment s’en libérer?

    Comme tu vois, ton article a suscité en moi ces questions et bien d’autres.

    Je suis curieuse d’en savoir plus.

    Namasté!
    Sco! 🙂

    1. Alain

      Bonjour Sco!,
      L’étude de la conscience se soi n’a rien de théorique …
      C’est au contraire très actif. Il s’agit de répondre à la question : Qui suis-je.
      Sur un plan philosophico-théorique, on peut passer toute sa vie à chercher ….
      La Sophro (telle que je la vois et la pratique) n’incite pas à se regarder le nombril en attendant que la réponse arrive.
      Peine perdue …
      Non, la Sophro est une démarche qui génère des actes en réponse à la question, tout simplement parce qu’elle développe l’Autonomie et la Responsabilité.
      Ce sera l’objet de mon prochain article.
      Si bien que je ne cherche pas, je Décide qui je suis et pose des actes en conséquence.
      Quant aux zones du corps qui contiennent les mémoires, elles apparaissent dans les exercices Sophro, particulièrement avec les pratiques du 1er degré.
      S’en libérer relève d’une pratique assidue.
      C’est ce que je vais développer dans la formation en ligne que je suis en train de préparer.
      Tes commentaires me donnent l’occasion d’aller plus loin et plus précis et je t’en remercie.
      j’ai du faire une mauvaise manip, ton comment luv a disparu et je ne sais pas comment le remettre. Désolé.
      Il ne te reste plus qu’à remettre un petit mot.
      Cordialement,
      Alain

      1. Sco!

        Allô Alain,

        Merci de ta réponse à mon commentaire. Tout cela m’éclaire davantage et je suis certaine que ta réponse va aider d’autres personnes à comprendre le côté pratico-pratique de la sophrologie.

        Je décide qui je suis et pose des actes en conséquence : cette phrase m’interpelle.

        Je vais suivre avec intérêt ton prochain article.

        Amicalement,

        Sco! 🙂
        Sco! Articles récents..Exprimez vos émotions dans votre vie de couple – partie 2My Profile

        1. Alain

          Bonjour Sco!,
          « Je décide qui je suis et pose des actes en conséquence » sera le thème d’un article à venir.
          Le prochain sera sur la philosophie humaniste qui sous tend la démarche de la sophrologie.
          C’est pour ce soir …

  5. Judicaël

    Bonjour Alain,

    Merci de nous avoir éclairé sur l’histoire de la sophrologie et son origine. Cela permet de bien comprendre sa création et son évolution.

    Salutations
    Judicaël Articles récents..La méditation VipassanaMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge